Vous êtes ici : Accueil / Services en ligne / Actualités / Travailleurs frontaliers

Services en ligne

Travailleurs frontaliers

Un mois après son installation, le Pôle métropolitain du Genevois français lance une large campagne d’incitation à la déclaration de résidence sur les 120 communes du Genevois français.

Un livret dans votre boîtes à lettres

Un livret soulignant l’intérêt de la déclaration en résidence principale des frontaliers travaillant dans le Canton de Genève, quelle que soit leur nationalité, est en cours de distribution dans les 180 000 boîtes aux lettres du Genevois français, dont celles des habitants de Thonon Agglomération.

Il s’agit d’appeler au civisme et à la responsabilité de chacun. Le phénomène des « faux résidents secondaires » n’est plus acceptable : chacun doit contribuer à l’effort nécessaire pour développer les services et équipements sur sa commune de résidence. A travers cette campagne, il s’agit de conforter les recettes issues de la Compensation financière genevoise (CFG, les « fonds frontaliers »), indispensables au financement des équipements et services mis à disposition de la population.

Le Genevois français compte déjà plus de 400 000 habitants, 116 000 emplois et 18 000 entreprises. Il compte près de 3/4 des 85 000 travailleurs frontaliers étrangers actifs sur le Canton de Genève (permis G) au 1er trimestre 2017. Le Genevois français a vu sa population progresser de plus d’un tiers en 15 ans. Ses besoins sont énormes pour garantir la qualité de vie de nos concitoyens.

La campagne lancée par le Pôle métropolitain incite les frontaliers à déclarer leur résidence principale en France auprès de leur employeur situé dans le canton de Genève, voire de régulariser leur situation auprès de l’Office de la population du Canton de Genève. Cette démarche permet de déterminer un montant de la Compensation Financière Genevoise1, versé par le canton de Genève aux collectivités françaises, plus en phase avec la réalité (260 millions € en 2016).

Au-delà de l’intérêt financier pour les collectivités de l’Ain et de la Haute-Savoie, la déclaration reste un geste civique qui contribue au vivre-ensemble dans les communes.