Vous êtes ici : Accueil / Services en ligne / Actualités / Traversées lacustres

Services en ligne

Traversées lacustres

Un accord majeur avec le Canton de Vaud pour donner un nouveau cap aux traversées lacustres

Thonon Agglomération, la Communauté de communes du Pays d’Evian - Vallée d'Abondance et le Canton de Vaud ont signé jeudi 31 mai à Lausanne un protocole d’accord sur la desserte lacustre transfrontalière.

Les collectivités publiques des deux rives subventionneront désormais à parts égales les coûts d’exploitation non couverts des traversées dédiées au trafic pendulaire du Léman entre Thonon-les-Bains, Evian, Lausanne, Nyon et Yvoire. Cette étape décisive va permettre à la Compagnie générale de navigation sur le Léman (CGN) de lancer l’achat de deux nouveaux bateaux dédiés à ces lignes.

Cet accord a été signé par Jean Neury, Président de Thonon Agglomération, Josiane Lei, Présidente de la Communauté de communes Pays d’Evian - Vallée d’Abondance (CCPEVA), Nuria Gorrite, Présidente du Conseil d’Etat vaudois et ministre des transports, ainsi que Pascal Broulis, en charge des finances et des relations extérieures de l’Etat vaudois.

Cette signature vient sceller l’engagement politique des partenaires suisses et français de maintenir et développer de manière concertée les lignes transfrontalières « CGN-Mobilité » sur le Lac Léman. Il inscrit également le principe d’un partage à parts égales entre autorités françaises et suisses des coûts d’exploitation non couverts par la vente des billets, qui s’élèvent à un peu plus de 4 millions de francs par année.

Renforcer la flotte pour répondre à une fréquentation croissante

Ce protocole d’accord libère le projet d’achat d’un premier bateau de capacité importante et dédié aux traversées entre les rives françaises et suisses.

L’achat de ce nouveau navire, de 500 places, est estimé à 15 millions de francs. Il sera opérationnel fin 2020. Un second bateau viendra ensuite enrichir la flotte.

La hausse de fréquentation sur les lignes N1 (Evian-Lausanne), N2 (Thonon-Lausanne) et N3 (Nyon-Yvoire) est en effet très importante ces dernières années.

Cette croissance, mesurée sur la fréquentation avant 9h, atteint entre 3,4 % et 12,4 % annuel sur 5 ans.

Vers une convention de coopération quinquennale

Après cette première étape, une réflexion sera menée sur de nouveaux développements pour les trois lignes de transport public de la CGN.

Celle-ci aboutira à une convention de coopération entre les autorités suisses et françaises sur la période 2020-2025. Ce document devra notamment définir les modalités de commande de l’offre de transport publique sur le Léman par les collectivités publiques.